logo1
logo2
panier
  vide
Rechercher
bandeau
envoi-ami
mentions-legales
contact
newsletter
lexique
liens
compte
accueilinfosselectionvinstapassommeliercoffretspromos
logo Revue de presse, conseil en vin, infos et actualité des Zinzins du Vin ! Livraison en France, Suisse, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Italie, Espagne, Portugal, Autriche, Danemark, Suède, Norvège, Finlande et Japon. VENTE EN LIGNE : PAS D EXPÉDITION ACTUELLEMENT.
REVUE DE PRESSE
MIAM MIAM !
PRODUCTION "MAISON"
VIN & OENOLOGIE
RENCONTRES VIGNERONNES
ART & VIN
DESSINS DE COMPTOIR
CONCERTS
DÉGUSTATIONS
BONNES ADRESSES DE CAVES
ARRIVAGES !
ACTUALITÉS

REVUE DE PRESSE
Libération (janvier 2015)
logo-libe.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans Libération du samedi 17 et dimanche 18 janvier 2015 : un article de Jacky Durand dans la rubrique "Parlons Crus", qui a su retracer l'aventure de notre petit bistrot à vins, de ses débuts hasardeux jusqu'aux ancrages actuels. La ballade de John et Yoko - version pinard - avec Fabrice et Momoko, toutes proportions gardées bien sûr...
article2015-libe.jpg
 
Rue89 : no wine is innocent (janvier 2015)
drapeau_vin_2.jpg
Les Zinzins du Vin encore cités sur le blog d'Antonin Iommi-Amunategui "No wine is innocent" dans son dernier article "Un troquet nommé désir : sélection de bistrots et bars à vin en France". Le commentaire est d'Egmond Labadie, auteur et journaliste : "je dirais que le meilleur bar à vin de France, c’est les Zinzins du Vin à Besançon. Fabrice Monnin est un être qui irradie, un géologue qui a trouvé le génie du vin dans la terre, un sauveur de barriques condamnées, quelqu’un qui peut t’expliquer en cinq bouteilles ce qu’est un médiocre, un bon, un très bon, un excellent et un génial vin nature. Le tout dans une ambiance sans prise de tête, avec les tapas japonais de son amie. Et ça au cœur de Besançon, l’une des plus belles villes de France, et avec une connaissance fantastique du Jura, région passionnante pour les amateurs d’originalité !" Si il le dit, c'est sûrement vrai. Merci à Egmond et Antonin pour cet article. Très content d'y être cité aux côtés de nos amis Claire et Jean-Claude de la Tour Cassée, en Ardèche, où la carte des vins est aussi succulente que la cuisine, un endroit simple et vrai comme on les aime !
 
Guide fooding france paris 2015 (novembre 2014)
fooding2015-1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans le guide du Fooding, avec toujours autant de bonnes adresses pour qui n'aime pas s'ennuyer à table. Un travail de défrichage toujours aussi efficace, un bon ressenti de l'atmosphère des lieux sélectionnés, entre l'appréciation d'une cuisine bien faite et inventive, le coup d'oeil pour les produits de qualité, et une vraie reconnaissance du vin naturel... Avec en prime cette année, un supplément vins : l'antiguide des accords liquides !
fooding2015-2.jpg
 
Omnivore Food Book (septembre 2014)
omnivore-2014.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans une parution Omnivore intitulée "La Bataille du Vin Nature", avec de nombreux articles de fond sur la question du vin nature, des cahiers de dégustation, des adresses où boire et acheter du bon vin... Le tout joliment illustré.
 
V&S News "vins&spiritueux" (avril 2014)
VSnews-2.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans un hors-série "Cavistes & E-Commerce" parmi quelques autres cavistes indépendants et de grandes enseignes comme Lavinia, des propos recueillis par Claire Morin-Gibourg.
VSnews-1.jpg
 
Guide 2014 Gault&Millau (mars 2014)
gaultmillau-2014.jpg
Les Zinzins du Vin référencés dans le guide Gault&Millau depuis plusieurs années, un guide complet et régulièrement actualisé, version France ou Grand Est : restaurants, bistrots, grandes tables et jeunes talents...
gaultmillau-2014-2.jpg
 
Guide fooding france paris 2014 (décembre 2013)
fooding2014-2.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans le guide du Fooding, qui recense avec passion les vraies bonnes adresses, celles où nos papilles font tout sauf s'ennuyer... Un guide toujours aussi recommandable pour voyager en France ou explorer la capitale.
fooding2014.jpg
 
Rue 89 : No Wine Is Innocent (septembre 2013)
drapeau_vin_1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans un article du fameux blog d'Antonin Iommi-Amunategui : "Vin : les douze meilleurs cavistes en ligne".
 
La revue des vins de france (juin 2013)
rvf-2013-1.jpg

Les Zinzins du Vin cités dans la Revue des Vins de France, qui consacre ce mois un article au vin bio, biodynamique et vin nature sur internet, soulignant les qualités de notre boutique en ligne présente depuis 2001 : raretés, exclusivités sélectionnées sur tonneau chez le vigneron, millésimes plus anciens, curiosités et choix intéressant de vins à petits prix... Mais le secret de longévité de notre cave virtuelle vient surtout de l'existence de la cave "réelle" et du bar à vin, où tous les vins sont régulièrement goûtés afin de ne proposer à la vente en ligne que des vins "bus et approuvés". Tous les vins sont stockés sur place dans les meilleures conditions de conservation, ce qui nous permet de pouvoir vous les présenter à leur optimum.

L'article est visible également en ligne.

rvf-2013-2.jpg
 
Géoguide "week-ends bio en france" (février 2013)
geoguide-2013.jpg
Les Zinzins du Vin cités (avec mention coup de coeur) dans le Géoguide "Week-ends bio en France" qui recense plus de 800 bonnes adresses pour se loger, se restaurer, se ravitailler, etc... Pour celles et ceux qui veulent prendre un peu de bon temps sans passer par la case pesticide, ce guide montre qu'il n'y a maintenant que l'embarras du choix, avec de nombreuses filières locales notamment. Un ouvrage pratique et assez complet rédigé par Bruno Moysoulier.
 
Guide Fooding France 2013 (décembre 2012)
fooding-2012-1.jpg
Les Zinzins du Vin cités pour la septième fois dans l'incontournable Guide du Fooding 2013, qui recense environ 800 adresses sur Paris et la province.
fooding-2012-2.jpg
 
Pèlerin (Septembre 2012)
pelerin-2012-1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans la revue hebdomadaire Pèlerin, qui consacre un dossier sur le vin dans son n° 6774 du jeudi 27 septembre dernier. Un article qui souligne le rôle primodial de l'humain dans la production du vin biologique ou biodynamique, à travers le parcours singuliers de vignerons convertis et une présentation de l'éthique de notre cave - bar à vin.
pelerin-2012-2.jpg
 
Rue89 : No Wine Is Innocent (Septembre 2012)
drapeau_vin.jpg
Les Zinzins du Vin cités sur No Wine Is Innocent parmi les excellents blogs du site d'infos Rue89. "La légende voudrait qu’ils aient racheté les dernières bouteilles du vigneron Eric Callcut, volatilisé dans la nature à la fin des années 90..." dit l'auteur Antonin Iommi-Amunategui, fondateur du blog vindicateur.fr... Plus qu'une légende, c'est bien une réalité que les habitués des Zinzins du Vin ont largement eu l'occasion de vérifier, puisque ce sont plus de 2000 bouteilles de "The Picrate", le fameux vin d'Éric Callcut, qui ont franchi notre modeste comptoir depuis une dizaine d'années. Et comme il n'en reste plus beaucoup, les temps sont au rationnement, mais on en ouvre toujours une dès que l'occasion le mérite...!
 
Maisons Côté Est (Septembre/Décembre 2012)
cote-est-2012-1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans le n° 61 de Maisons Côté Est, qui consacre un article sur les bars à vins de l'est de la France, de Troyes à Lyon en passant par Nancy et Besançon, un reportage d'Agnès Waendendries.
cote-est-2012-2.jpg
 
Maisons De Campagne (septembre 2012)
maison-campagne-2012bis_1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans la revue Maisons de Campagne, qui propose dans son n° 78 de septembre-octobre 2012 des "portraits de caves pas communes tenues par des passionnés". Un article de Judith Sciarone qui oeuvre également sur son blog bilingue the drinking scenario sous la forme d'un journal tenu au gré de rencontres vigneronnes toujours bien ressenties.
maison-campagne-2012_1.jpg
 
Est magazine (juillet 2012)
routard-estrepublicain.jpg

Parmi les bons plans du Routard, les Zinzins du Vin cités dans le Guide du Routard de la Franche-Comté, repris par le supplément de l'Est Républicain du 8 Juillet 2012.

Voilà qui nous apportera peut-être des clients arrivant tout droit de Katmandou en combi VW, le Routard dans la poche du pantalon à fleurs ! Ou alors des Bisontins de la boucle qui n'ont pas encore traversé le pont (attention à la passerelle), le supplément de l'Est Républicain dans la poche de l'imper. Du moment qu'ils ont soif...

 
L'express (juin 2012)
lexpress2012-1.jpg
Les Zinzins du Vin cités parmi une sélection des meilleures tables de Besançon à moins de 25 euros. Un dossier réalisé par Julie Gerbet...
lexpress2012-2.jpg
 
Guide fooding france 2012 (décembre 2011)
fooding2012_1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans le guide du Fooding 2012, une mine d'or pour tous les gourmets à l'affût de petites adresses sympas, originales, et dans l'air du temps... mais aussi et surtout des lieux où on vous sert une vraie qualité, sans être pour autant prétentieux ni réservés à une élite. "Déniaisons la gastronomie" : un slogan bien trouvé pour notre jolie capitale franc-comtoise pourtant plongée dans un beau désert gustatif. Retrouvez toutes les infos sur le site du Fooding.
fooding2012-2.jpg
 
Libération : le vin grandeur nature (12 septembre 2011)
libe09-2011-2.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans Libération, qui récidive dans un numéro spécial sur le vin bio et nature, en partenariat avec la Revue des Vins de France. Les auteurs y décrivent les nouvelles tendances, avec un constat évident : celui qui aime vraiment le vin aujourd'hui ne peut plus ignorer ces producteurs de vins naturels à l'origine d'une véritable révolution, des vignerons encore marginaux il y a une dizaine d'années seulement, devenus incontournables... Ces vignerons "qui tous, une fois passé le côté bourru qu’ils partagent souvent, ont d’incroyables histoires à raconter au moment de faire visiter leurs vignes, et de déboucher une belle bouteille."
libe09-2011-4.jpg
Extraits des articles de Denis Saverot et Sylvie Augereau, "La nouvelle donne des vins de France" et "Les quatre chemins qui mènent au bio":
"Ainsi la complexité du vin explose partout en France, avec panache, vie et accidents compris (c’est le prix à payer quand on cherche à éviter l’industrialisation du vin), et soutenue par l’engouement des amateurs pour les cuvées bio, biodynamiques, « nature », avec ou sans soufre. (...) 
Ce désir de vins plus « propres » est nourrie par la préoccupation croissante du public pour les questions de bien-être. L’influence des pesticides et des agents chimiques de toutes sortes sur la santé de l’homme, notamment le développement des cancers, n’est plus un sujet tabou. Et dans ce domaine, la vigne se retrouve en première ligne, puisqu’elle absorbe 15 % des pesticides épandus sur les sols agricoles (76 000 tonnes au total en 2008) alors que la viticulture ne représente que 2 % du total des surfaces cultivées… Et si l’Union européenne ne cesse de réduire le nombre de produits phytosanitaires autorisés (de 700, ils sont passés à 300 en 2008), il n’empêche : nombre de viticulteurs paresseux (ou étranglés par les dettes) n’en utilisent encore que trop, comme s’il s’agissait de remèdes miracles à la faible nocivité. Sauf qu’on est loin d’inoffensifs sirops ou de poudres de perlimpinpin ! (...)
Il faut dire que l’autre option, le travail « nature », demande des muscles, de la sueur, et mieux encore : une dévotion presque totale, et souvent high-tech, à ses terres. Nombre de vignerons « nature » sont en effet des experts en œnologie et non des hurluberlus hurlant à la lune, et beaucoup disposent de chais flambants neufs. (...)
Mais le mouvement vers les vins bios paraît néanmoins profond, puissant, inexorable. La hausse des prix des grands domaines, ajoutée à l’uniformisation des goûts et à l’émergence d’une conscience écologique et politique (au sens large), redessinent la carte des vins de France. Dont les régions en pointe, la Loire, le Languedoc, le Jura, ne sont pas les plus emblématiques de la « tradition pinard ». C’est dans ces coins-là, où les terres sont moins chères et où s’installent de jeunes idéalistes, que sont tentées les expériences les plus concluantes. (...)
Car les aventures biodynamistes et les vins « nature »  fascinent les esprits comme les papilles. Ce sont ces régions et ces méthodes-là que le public, à la recherche de vins issus d’une viticulture plus respectueuse de l’environnement, plébiscite aujourd’hui. Et avec fougue."

"Après avoir beaucoup tardé, la viticulture de qualité se laisse séduire par une approche plus écologique du travail des sols et des vinifications. Reste à tenter de comprendre pourquoi. Citons d’abord les doutes sur la santé de l’homme. Lorsqu’on explique au consommateur que la viticulture absorbe extrêmement bien les pesticides, il tousse. Et quand ce même consommateur apprend que ces pesticides sont associés par les scientifiques à des risques de maladies graves et qu’on les retrouve parfois, malgré la fermentation, dans le vin, il s’enrhume. Les préoccupations économiques comptent aussi. Plus demandés, les vins «bio» se vendent de plus en plus cher, ce qui est juste pour le vigneron car ce dernier, sans l’assistance des traitements chimiques, doit consacrer plus de temps à sa vigne. Et la planète? Bizarrement, sa préservation semble peu compter dans les préoccupations des férus de «bio»... A vrai dire, dans l’émergence de ce phénomène «nature», il y a, peut-être surtout, une envie de vrai vin. (...)

Reste pour le lecteur non initié à tenter de décrypter ce que contient cette galaxie «bio». Quelles méthodes, quelles croyances, quels gestes se cachent derrière le mot «bio»? En réalité on peut répartir ses partisans au sein de quatre familles de vignerons: les biologiques, les biodynamistes, les «nature» et les «sans-papiers», c’est-à-dire ceux qui travaillent selon des préceptes «bio» mais sans le revendiquer administrativement. Attention toutefois: ces familles ne sont pas exclusives les unes des autres. Ainsi, un vigneron aujourd’hui biodynamiste est forcément passé un jour par la case «biologique». De même, un vigneron qui se déclare «nature» peut aussi être un adepte de la biodynamie. 

1/ LES PURS BIOLOGIQUES 

Les vignerons biologiques se définissent, au sens large, comme «respectueux des grands équilibres naturels».Ils représentent la plus grande famille de la galaxie «bio». Les «biologiques» renoncent aux pesticides, herbicides et produits de synthèse, et n’utilisent pour protéger la vigne que des éléments présents dans la nature comme le soufre et le cuivre. Les seuls traitements permis sont des produits de contact, lessivables par la pluie, qui ne pénètrent pas dans la plante (pas de produits systémiques). Ces vignerons veulent aussi réduire au maximum les doses de soufre dans la vigne lors des vinifications et de la mise en bouteille. La viticulture biologique (culture de la vigne) est régie par un cahier des charges européen. Mais la définition biologique du travail en cave est toujours discutée. Le vin «bio» n’a donc pas d’existence légale, seuls les raisins issus de l’agriculture biologique sont reconnus. Et le fameux sésame, le logo AB (Agriculture biologique) n’est «décerné» qu’à la quatrième vendange qui suit l’engagement en culture biologique (mais tous les domaines certifiés ne l’impriment pas sur leurs étiquettes). En cas d’accroc à la règle, par exemple un traitement par pesticides après une séquence pluvieuse, le vigneron retourne à la case départ. En France, cinq organismes certificateurs agréés par l’État (Ecocert, Qualité France, Agrocert, Certipaq, SGS) contrôlent les vignerons par des analyses de sols, de feuilles et de factures des produits utilisés. 

2/ L’ÉLITE BIODYNAMISTE 

Un vigneron biodynamique est d’abord, à coup sûr, un vigneron qui a la certification en agriculture biologique. Peu nombreux mais animés par une conviction forte, les biodynamistes vont plus loin que le label AB et s’efforcent de redonner à la plante et au sol un équilibre, une résistance et une vitalité déréglés selon eux par les traitements chimiques et répétés des sols et des végétaux. Pour cela, ils «dynamisent» la plante et son environnement (terre et air) en projetant à très petites doses des préparations issues de produits naturels (bouses de vache, cornes, silice, décoctions de plantes) et assemblées selon des méthodes complexes. Parce que ces substances sont administrées à la plante en fonction du cycle des astres, les vignerons biodynamistes sont régulièrement accusés par leurs adversaires d’ésotérisme… Les biodynamistes revendiquent plutôt un bon sens ancestral, évoquent l’influence connue de la lune sur les marées et les hommes, une volonté de réduire les doses de soufre et de cuivre, un progrès gustatif et aussi une philosophie de vie. Du côté de la certification, deux associations, Demeter et Biodyvin, contrôlent les domaines candidats et décernent le label biodynamique sur la base d’un cahier des charges drastique. Biodyvin compte 70 vignerons adhérents, Demeter réunit près de 200 domaines (actuellement, seuls 270 sont certifiés en France). Innovation récente, Demeter vient de définir un cahier des charges pour la vinification: la mention «Vin Demeter» s’appliquera dès le millésime 2009 sur des cuvées qui n’ont été ni levurées, ni acidifiées, ni flash-pasteurisées. Et Biodyvin devrait bientôt se rallier aux critères établis par Demeter. 

 

3/ LES AVANT-GARDISTES «NATURE»  

Cette famille de vignerons est hostile à tout traitement chimique des sols (herbicides, fongicides, pesticides) et à toute adjonction de produits exogènes dans le vin lors de la vinification, de l’élevage et de la mise en bouteille. A la différence des biologiques et des biodynamistes, ils sont en particulier opposés à l’usage du soufre (SO2) en cave, lors des vinifications. C’est un fait: le soufre peut entraver l’expression du raisin à la dégustation. Et tous les producteurs rêvent de retrouver dans la bouteille l’éclat du fruit, la pureté, la transparence d’un vin goûté avant la mise, sur fût, à la pipette. Seulement voilà, même aujourd’hui, malgré les progrès de la technique et de l’hygiène, il reste très difficile de se passer du soufre. Cet élément possède en effet des qualités radicales: non contents d’être antibactériens et antioxydants, les sulfites sont aussi de très bons conservateurs. A une époque où l’on demande aux tomates de rebondir, bien des revendeurs et des consommateurs exigent d’une bouteille qu’elle supporte les stations couchées dans les coffres de voiture ou bien qu’elle vieillisse harmonieusement deux ans dans un placard à la maison, dans une atmosphère surchauffée. Ce qui, sans adjonction de soufre lors des vinifications et à la mise, est presque impossible: dépourvu de soufre, le vin devient l’équivalent d’un produit frais, qui doit être conservé à moins de 14°C pour éviter les déviations aromatiques ou les reprises de fermentation. Pour cette raison, beaucoup de vignerons «nature» refusent de vendre ou d’expédier leurs vins en été. Ces vins doivent être dégustés avec précaution. La brutale exposition à l’air après l’enfermement dans le flacon peut les altérer: mieux vaut les laisser reprendre leur respiration. La carafe est de rigueur pour ces vins dits «vivants»: elle laissera s’échapper le gaz carbonique (reste naturel de la fermentation) que certains vignerons préservent pour se passer du SO2 antioxydant. 

4/ LES SYMPATHISANTS «SANS-PAPIERS» 

C’est l’un des paradoxes – et non des moindres – de la galaxie «bio» française. De très nombreux vignerons, parfois des figures emblématiques du mouvement «écolo», travaillent selon les critères biologiques mais confessent ne pas être certifiés. Mieux, ils assurent ne pas avoir envie de l’être. Quels sont les motifs d’un tel comportement? Il en existe au moins trois. Certains restent allergiques à la paperasse administrative et rechignent devant les formalités, les contrôles et le temps nécessaires à la certification «bio», et préfèrent s’en remettre à leur propre cahier des charges. D’autres veulent rester libres de traiter ponctuellement, à l’aide de produits chimiques modernes, une attaque de mildiou ou d’oïdium dans leurs vignes qui menacerait leur récolte (or le processus de certification en agriculture biologique ou biodynamique interdit tout recours aux traitements chimiques. Même après deux années en phase de certification, un vigneron qui traite chimique- ment sa vigne perdra le bénéfice de son engagement et devra tout recommencer à zéro). De ce flou est issu un quatrième groupe de producteurs, les «sans-papiers».Ils sont mus par une volonté farouche de ne pas entrer dans le système, et souhaitent garder leur indépendance. Il est vrai qu’un coup de tampon officiel ne suffit pas toujours à construire une réputation de «bio». A l’inverse, de prestigieux domaines non certifiés sont reconnus «bio» par leurs pairs. Comme quoi, l’honnêteté et l’engagement peuvent encore remplacer le formalisme administratif. Ces vignerons panachent le plus souvent des méthodes de travail copiées au fil des rencontres et des expérimentations chez les «biologiques», les «biodynamistes» et les «nature»."

 

 

 

 

 

 
Guide Fooding France 2011 (décembre 2010)
fooding2011-2.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans ce guide plein de bonnes adresses parisiennes et provinciales...
fooding2011.jpg
 
Cuisine et Vins de France (Septembre-Octobre 2010)
cvf-2010.jpg

Les Zinzins du Vin cités dans ce "hors-série vins" de la revue Cuisine et Vins de France, qui propose des portraits de vignerons et une sélection de 500 bouteilles puisées dans tous les vignobles de France. Des vins toutes catégories choisis avec une grande ouverture d'esprit, des domaines prestigieux aux petites productions artisanales, en faisant la part belles aux "petits" vignobles : dans le Jura, une très bonne note pour notre ami Étienne Thiébault, jeune et talentueux vigneron du domaine des Cavarodes, et un coup de coeur pour notre production maison "Le Zura" à découvrir sans attendre ! Également parmi les autres vins vivement recommandés - catégorie vin naturel - les excellents Arbois de Michel Gahier et Pupillin de la maison Pierre Overnoy vinifiés par Emmanuel Houillon.

 

cvf-zura.jpg
 
La Revue des Vins de France (Juin 2010)
rvflogo.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans la RVF qui propose dans ce hors-série n°18 (Juin 2010) une sélection de lieux où le vin est à l'honneur : caves et bars à vin, tables d'hôtes vigneronnes, caveaux de dégustation et restaurants dans le vignoble... Pour ceux qui veulent savourer pleinement leurs vacances en France, mais aussi Portugal, Espagne et Italie. Par Florence Bal, Jérôme Baudouin et Pierrick Jégu.
rvf2010_1.jpg
 
Guide Fooding France 2010 (Novembre 2009)
fooding2010-couv.jpg

Les Zinzins du Vin cités dans le guide du Fooding 2010, à voir ou revoir sur www.lefooding.com

"Husband Fabrice is roaming organic wine expert. Wife Momoko makes a mean matcha pie and sushi on Wednesdays. Booking compulsory...

Les Zinzins, c’est ze cave à vins où ze patron Fabrice, qui z’y connaît drôlement en vin nature, et za femme, Momoko, font goûter zu bon vin. Par exemple : Le Zura (arbois et côtes-du-jura vinifiés maison, 16 € la bouteille), ze Picrate Les Chiens 1998 (31 € à emporter), ze Vouvray Lemaire-Fournier La Réveillerie 2003 (3,70 € le verre, 22 € la bouteille), ze chardonnay d’Overnoy 2002 (18 € à emporter)… Z’avec ça ? Des assiettes de charcut’ et de from’, de légumes marinés (4 € la petite assiette, 7 € la grande), des desserts à tomber, vraiment, comme cette tarte au matcha (4 €) si exquise qu’on en a redemandé une part. Mais prudence ! Avant d’y courir, passez un coup de fil quand même, on sait jamais : trois jours par semaines et quatre mois sur douze, Fabrice et Momoko sillonnent les routes de France pour dégoter de nouvelles pépites. Ah ! oui, on allait oublier : Les Zinzins fait cave en ligne toute l’année (...) et une soirée sushi tous les mercredis ouvrables (réservation indispensable). // J.G."

 

 

fooding2010.jpg
 
Étoile (Novembre-Décembre 2009)
log_etoile.jpg

Les Zinzins du Vin cités dans Étoile, le magazine du guide Michelin, qui propose parmi ses articles un excellent sujet sur les caves à manger : "Caves à manger, la nouvelle tendance mi-bistrot mi-cave" par François Lemarié et Pierrick Jégu / Photos Louis-Laurent Grandadam. Une revue à lire ou à consulter en ligne sur etoilemagazine.fr

Extrait :

"C'est la nouvelle tendance du moment : l'émergence de ces caves qui vendent du vin à emporter à toute heure et servent à manger et à boire pendant le service. Vins d'artisans, produits d'exception, prix raisonnables, déco troquée et décontraction de rigueur font mouche. Partout en France. Décryptage."

etoile.jpg
 
Guide des vins bio 2010-2011
guide-vinsbio.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans le nouveau guide des vins bio 2010-2011, par Évelyne Malnic, Georges Lepré, Antoine Pétrus, qui recense les meilleurs vins biologiques sélectionnés et dégustés à l'aveugle, coups de coeur, foires et salons du vin bio, et cavistes spécialisés dans le vin bio.
 
Macommune.info (Octobre 2009)
macommune.jpg
Les Zinzins du vin cités sur macommune.info : un site plein d'intérêt et bien actualisé, à consulter sans attendre ! Parmi les actualités régionales, la rubrique "J'ai goûté pour vous" où le rédacteur Claude Mislin nous invite à partager ses découvertes gustatives. Les photos et commentaires de ce gastronome averti vous aiderons à choisir votre table sur Besançon et ses environs.
Extrait :
"Ce n’est pas un vrai resto et c’est plus qu’un bar. En fait, Les Zinzins du vin à Battant c’est avant tout une ambiance. On y boit certains des meilleurs vins de France, en toute simplicité avec une assiette de charcuteries ou de fromages dans un cadre rustique adapté. (...) C’est un endroit atypique à Besançon. Amateurs de bling-bling s’abstenir. Le concept des Zinzins repose sur la sincérité et la simplicité. Cela créé une complicité discrète entre les clients vite convaincus de faire partie d’un cercle de privilégiés amenés à déguster des flacons rares. Des vins vraiment bios (naturels), de la vigne à la bouteille, dénichés par le jeune patron dans tout le pays. Pour les amateurs de sushis, confectionnés par la maîtresse des lieux originaire du Japon, c’est le mercredi." 
 
Menstyle.fr (juin 2009)
logo.jpg

Les Zinzins du Vin sélectionnés sur MENSTYLE.FR

Vins de prestige sur le web : une sélection de 10 sites où commander des vins d'exception à l'occasion de la fête des pères.

 

Sanstitre-1_1.jpg
La cave en ligne des Zinzins du Vin citée sur menstyle.fr parmi une dizaine de boutiques de vins en ligne, à l'occasion de la fête des pères : "Boutique ultra-exigeante des meilleurs vins bio et nature de France".
 
Expression Active (Janvier 2009)
CCI1-jan2009.jpg
La boutique en ligne des Zinzins du Vin commence à faire parler d'elle ! En progression constante depuis sa création en 2002, nous sommes fiers d'avoir innové avec un sommelier virtuel qui conseille l'internaute comme à la boutique. Vous cherchez un vin tanique aux arômes fumés, un moelleux sur les agrumes et le miel ? Ou tout simplement vous voulez dénicher "votre" bouteille idéale selon vos goûts, dans le style des vins que vous avez déjà apprécié ? Une base de données va puiser dans la "carte d'identité aromatique" de chaque vin, parmi plus de 200 nuances : vous avez aimé tel vin pour son goût particulier, alors vous aimerez aussi...
C'est à ce jour le seul système virtuel dans le domaine du vin qui soit capable de vous conseiller d'après les qualités gustatives des vins, et non d'après les statistiques de vente.
Un article écrit par Monique Clémens, photo de Laurent Chevier.
CCI2-jan2009_1.jpg
 
GQ Gentlemen's Quarterly (janvier 2009)
GQ-janvier2009.jpg
Les Zinzins du Vin cités pour leur vin du Jura maison "Le Zura", une cuvée confidentielle disponible en ligne sur notre site, ainsi que dans quelques rares et bonnes adresses parisiennes... Et avec ça, un plat d'hiver bien de chez nous : le Mont d'Or chaud, fromage disponible de septembre à mars, succès assuré pour une soirée improvisée entre copains !
 
Le Guide du Fooding 2008 (novembre-décembre 2008)
fooding2008.jpg
Pour la troisième année, les Zinzins du Vin sont cités dans le guide du Fooding, catégorie "Vin sur vin".
Un guide qui regorge de bonnes adresses parisiennes et en province. Avis aux amateurs de bon goût... et retrouvez toutes les adresses sur le site du Fooding www.lefooding.com !
 
Art press 2 (Août/Septembre/Octobre 2008)
artpress2008_1.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans une sélection de cavistes.
Notre ami Katsumi Ischida fait la une de la revue et c'est bien mérité : son restaurant "En mets fais ce qu'il te plaît" au 43, rue Chevreul à Lyon est vraiment, à notre goût, un des meilleurs de France. Chaque assiette est toujours une vraie merveille : cuisson parfaite, mélange des saveurs et textures divines, talent japonais oblige... Les produits et les vins choisis par Katsumi lui-même sont d'excellente qualité, les plats savent étonner sans nous plonger dans les sphères hermétiques de la cuisine snob : chez Ischida, on vient d'abord pour manger (et boire).
 
Pays Comtois (Septembre/Octobre/Novembre 2008)
payscomtois2008.jpg
Les Zinzins du Vin cités à l'occasion de la sortie de leur vin nouveau "maison". Un vin 100 % poulsard, vinifié et mis en bouteille par les Zinzins du Vin : "Plou Plou" nouveau, version vin primeur tout frais tiré de la cuve, disponible aux Zinzins du Vin en novembre 2008. D'ici-là vous pouvez déguster la cuvée de Plou Plou 2005 élevé 18 mois avant mise en bouteille : un poulsard sans soufre arrivé à maturité, prêt à boire maintenant...
 
L'express (Décembre 2007)
lexpress.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans la rubrique "Les rendez-vous du soir".
 
L'Est Républicain : Portrait (Novembre 2007)
P1040099.JPG
Les Zinzins du Vin cités dans un article "Le goût des vins" : portrait de Fabrice Monnin par Christelle Georges ...
 
Le guide des meilleurs bars à vins de France : Les zinzins du zinc (Octobre 2007)
zinzinsHD.JPG

Les Zinzins du Vin cités dans Les zinzins du zinc, guide des meilleurs bars à vins de France (textes d’Egmont Labadie, photographies de Pierrick Bourgault, 19 €, Ed. Fleurus).


Bistrots de quartier, bars urbains un brin branchés, ambiances feutrées ou portes ouvertes sur les pavés où se prolongent la dégustation, adresses d’initiés découvertes au détour d’une ruelle, d’une nationale… établissements hissant les couleurs bio, internationales ou régionales… Parmi tous les coups de cœur d’Egmont Labadie, mis en images par Pierrick Bourgault, vous dénicherez vos bars, ces lieux en accord avec vos affinités gastronomiques ou votre humeur du jour, ces endroits où vous vous sentirez bien, où vous trouverez tout simplement votre plaisir…
Région par région, ville par ville, chaque établissement retenu fait l’objet d’un portrait scrupuleusement détaillé et argumenté :
pour chaque bar à vins, toutes les informations pratiques (orientations œnologiques du bar, coordonnées, jours et horaires d’ouverture, cartes et menus disponibles, gamme de prix…)
À la fin de chaque région, une liste d’adresses supplémentaires de bars à vins, ainsi qu’une sélection des meilleurs restaurants à vins et caves-bistrots.
Les auteurs signalent également leurs moins bonnes surprises, ces lieux autoproclamés « bar à vins » et qui n’en possèdent pas les qualités.

Découvrez les portraits et interviews de tous ces « zinzins » du zinc et du vin, qui vous feront partager leur passion et leurs plus belles dégustations…

L’auteur : Egmont Labadie est auteur et journaliste. Spécialiste en gastronomie et vins, il travaille pour plusieurs journaux, guides et sites Internet. Il visite notamment de nombreux établissements de restauration pour le magazine Cuisine et Terroirs. « La dynamique autour des bars à vins cristallise toutes les tendances positives aujourd’hui à l’œuvre dans le monde du vin : présence massive des jeunes, des femmes, caractère incontournable du vin au verre, absence d’œillères, découverte du bon rapport qualité-prix et de l’incroyable richesse des vins français. »
Le photographe : Pierrick Bourgault est photographe et auteur de plusieurs documentaires et ouvrages. Journaliste indépendant, il a réalisé des reportages à travers le monde sur l’agriculture, la gastronomie, l’environnement et la santé. « Dans les zincs à vins sélectionnés, j’ai observé la diversité des ambiances […]. J’ai apprécié des vins sincères dont les vignerons sont les auteurs engagés, d’authentiques charcuteries du terroir et tant d’autres bons produits ; la convivialité, au sens originel de « vivre ensemble », l’apprentissage sensoriel et sensuel des sciences du vivant. […] Il faut le boire pour le croire ! »
Le site www.monbar.net est un carnet de voyage où Pierrick Bourgault présente ses photos de bars du monde.

P1040102.JPG
Les Zinzins du Vin cités parmi une présentation de près de 200 lieux singuliers : l'esprit du bar à vin, vins natures et autres ...

 
Elle à table (Septembre 2007)
elleatable.jpg
Les Zinzins du Vin ont été sélectionnés dans le Guide des Moments du Vin 2007 de la revue "ELLE à table" :
" Une "cave à manger" rigolote et bohème, bricolée avec astuce, nourrie à coups d'impeccables vins naturels et de petits grignotages bien sentis. Excellent ! "
 
Le Nouvel Observateur : Fooding 2007 (Juin 2007)
fooding2007.jpg
Les Zinzins du Vin cités dans le Nouvel Observateur, à l'occasion du grand Fooding 2007.
Le guide du Fooding rassemble des adresses dans toute la France : restaurants, épiceries, cavistes, bars à vins, fromagers, et autres tables d'hôtes.
Des événements gustatifs comme le "Grand Fooding d'été" : dégustations de plats préparés par les chefs branchés du moment, dégustations de vins, le tout dans un esprit plutôt épicurien.
À noter, le site internet www.lefooding.com où l'on retrouve toutes les adresses.
fooding2007-2.jpg
 
Libération : Fooding 2006 (Mai 2006)
libe2.jpg
Le grand Fooding printemps/été 2006 (Libération)